Petit glossaire du monde de la traduction

Glossaire traduction FRIl y a quelques jours, avec des amis, nous en sommes venus à parler des termes et acronymes spécifiques à nos domaines d’activité respectifs. Chaque milieu a en effet son propre jargon, que les personnes extérieures à celui-ci ne connaissent pas (en général). Ces expressions peuvent, de prime abord, sembler obscures et j’ai donc décidé d’aider à mon niveau en vous livrant ce petit glossaire du monde de la traduction, afin de « démystifier » tous ces termes que les apprentis traducteurs et les personnes totalement étrangères à ce milieu ne connaissent pas (encore !)

TAO

Commençons par le début : la TAO. La Traduction Assistée par Ordinateur est la base du travail de nombreux traducteurs, de nos jours, en tout cas hors traduction littéraire. La TAO permet aux traducteurs d’optimiser leur travail grâce à différents logiciels et outils informatiques. Loin d’être de la traduction automatique (comme Google traduction), elle permet de traduire des contenus plus rapidement, tout en restant cohérent et en maintenant un haut niveau de qualité. Grâce à ces logiciels, les traducteurs n’ont pas besoin de traduire plusieurs fois la même phrase, peuvent retrouver des phrases traduites antérieurement et les réutiliser, ou encore savoir quel terme un client préfère (par exemple, s’il souhaite que le mot « company » soit traduit par « entreprise » plutôt que par « société »). Le traducteur peut ainsi concentrer ses recherches exclusivement sur les nouveaux termes et produire un travail de meilleure qualité. Comme vous pouvez le voir, il ne s’agit pas du tout de traduction automatique.

Source/Cible

Ces deux termes sont souvent associés aux mots « langue » ou « document ». La langue source est la langue de départ, à partir de laquelle va travailler le traducteur. Le document source est donc le texte original. La langue cible, au contraire, est la langue d’arrivée, vers laquelle va travailler le traducteur. Le document cible est donc le texte traduit. Par convention, la langue cible est toujours la langue maternelle, puisqu’un professionnel ne doit pas traduire vers ses autres langues de travail (sauf rares exceptions).

TEP

Le terme TEP désigne le processus de traduction dans son ensemble : Traduction, Révision, Relecture (Translation, Edition, Proofreading, en anglais). Ce sont les trois phases par lesquelles passe normalement un texte avant d’être renvoyé au client. La traduction est la première étape : le traducteur effectue les recherches terminologiques nécessaires et produit le texte dans la langue cible. Puis vient la révision : le traducteur lui-même et/ou un autre linguiste compare chaque phrase de la traduction au texte d’origine pour vérifier qu’il n’y a pas d’omission ou d’erreur et passe le correcteur orthographique. Et enfin, la relecture : la toute dernière lecture du texte, uniquement dans la langue cible, afin de vérifier qu’il se lit bien et que les phrases font naturel.

TM/MT

Encore un autre terme incontournable en traduction. MT signifie Mémoire de Traduction, mais le terme TM (de l’anglais Translation Memory) est aussi très souvent utilisé, même entre francophones. Cet outil est, à mon sens, indispensable au traducteur dans un environnement de TAO. Une mémoire de traduction permet en effet de stocker toutes les phrases traduites lors d’un projet et de pouvoir les retrouver plus tard pour les réutiliser. Ainsi, lorsque le texte que vous traduisez contient une phrase identique ou similaire à une phrase que vous avez déjà traduite par le passé, votre MT le détecte et vous permet d’insérer la traduction directement dans votre texte. La MT vous permet également de rechercher un terme spécifique et de consulter toutes les traductions que vous avez pu utiliser précédemment en fonction du contexte. Les MT peuvent constituer de précieux corpus !

TB/BT

Le terme BT signifie Base Terminologique (TB en anglais pour Term Base). Comme son nom l’indique, il s’agit d’un fichier qui peut être intégré à un projet dans un logiciel de TAO afin de disposer d’un glossaire de termes. Celui-ci peut avoir été compilé par le traducteur lui-même (par exemple, en regroupant les traductions des termes techniques qu’il a déjà rencontrés) ou être fourni par le client et contenir la traduction des termes spécifiques à son entreprise ou à son activité.

TA

Autre terme de plus en plus présent dans le monde de la traduction à mesure que la technologie se développe : la TA ou Traduction Automatique. Comme son nom l’indique, ce terme désigne une traduction réalisée par un outil de traduction automatique, tel que Google traduction ou DeepL. La TA est de plus en plus utilisée par les agences de traduction et demandée par les clients finaux, car elle permet de réduire les coûts de traduction. En effet, une fois le texte traduit par l’outil, le traducteur n’a plus qu’à vérifier que tout est en ordre. Le tarif au mot est donc moindre et le délai est également raccourci. Il faut cependant garder en tête que la TA n’est pas toujours la meilleure solution. En effet, si elle peut être très utile dans certains cas, notamment dans les domaines technique et informatique, elle sera en général assez mauvaise dans d’autres, tels que le tourisme ou la mode, obligeant le traducteur à tout retraduire. C’est pour cela qu’il existe maintenant des TA « hybrides », mélangeant sortie de TA « classique » et mémoire de traduction de l’agence ou du client. Ce type de TA permet un meilleur résultat. Toutefois, quel que soit le type de TA et quelle que soit la qualité de la sortie de TA, un traducteur devra toujours repasser derrière pour corriger les erreurs, car même si la technologie progresse, nos ordinateurs ne pourront jamais produire des traductions parfaites. Il faut également garder en tête qu’avec la TA, le style sera forcément plus pauvre. Les traducteurs humains restent les seuls garants d’une qualité optimale !

MTPE

Découlant de la TA, le terme MTPE signifie Machine Translation Post Editing, aussi appelée plus simplement post-édition (PE). Ce terme désigne le fait de corriger une sortie de TA pour en faire un texte livrable. Il s’agit d’un nouveau type de prestation que tous les traducteurs n’aiment pas (pour des raisons évidentes), mais qui est de plus en plus demandé. Personnellement, je propose ce service et il ne se passe pas un mois sans que je reçoive au moins un ou deux projets de ce type, preuve de la demande croissante sur cette branche du marché.

LSP

Acronyme de Language Service Provider (Fournisseur de Services Linguistiques, en français), ce terme, de plus en plus utilisé ces dernières années, désigne les agences de traduction. Dans la mesure où celles-ci proposent presque toujours d’autres prestations en plus de la traduction, le terme LSP permet de mieux les qualifier car il englobe aussi bien le processus TEP que la localisation, le sous-titrage ou le content writing.

Ainsi s’achève notre petit tour des termes et acronymes spécifiques au monde de la traduction. J’espère que ce glossaire abrégé vous aidera à y voir plus clair. Et vous, quels sont les termes composant le jargon de votre métier ? N’hésitez pas à me dévoiler dans les commentaires les acronymes et expressions de votre quotidien !


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s